Québec : état du marché immobilier

Parmi les différentes sortes d’investissement, le secteur immobilier reste l’un des plus rentables et des plus prometteuses. Surtout en France, l’investisseur, bénéficie de plusieurs avantages et de plusieurs dispositifs mis en place par le gouvernement. Mais force est de constater que le marché immobilier varie fortement d’un pays à un autre. Vous souhaitez investir dans le secteur immobilier du Québec ? Dans cet article, découvrez l’état de ce dernier.

Quel est l’état du marché immobilier au Québec ?

En 2021, l’effervescence du marché immobilier a dépassé toutes les attentes et les prévisions des experts. Cela est essentiellement dû à l’augmentation des prix. De nos jours, le marché immobilier au Québec est caractérisé par la baisse des ventes et la pénurie de logements. En effet, le déséquilibre observé en 2021 s’est poursuivi jusqu’en 2022. Désormais, l’offre est beaucoup plus faible que la demande. Surtout, les inscriptions se font si rares que les professionnels du domaine parlent maintenant de pénurie de propriété.

A voir aussi : C'est quoi la loi Alur ?

Noté que dans l’agglomération du Québec, le nombre d’inscriptions en vigueur à diminuer de 33 %. Malgré la popularité actuelle du marché, la pénurie de l’offre a pour effet immédiat le freinage du nombre de ventes. Dans la région du Québec, on note une récession de -16 %. Cependant, on remarque que les plexs et la copropriété ont pris la relève dans ce secteur immobilier qui rencontre d’énormes difficultés. Depuis l’année précédente, ces derniers ont pris une plus grande importance au détriment des maisons unifamiliales qui étaient jadis le type de propriété le plus recherché.

Lire également : Quel master pour devenir promoteur immobilier ?

Quels sont les enjeux d’abordabilité du secteur immobilier du Québec ?

Au mois de janvier 2022, le prix médian pour une résidence unifamiliale s’établissait à 325 000 dollars pour la région du Québec. Cette ascension fulgurante des prix a été amplifiée par la surenchère. Cette dernière a touché plus de la moitié des ventes de la province canadienne en 2021. Elle pouvait atteindre plus de 10 % du montant demandé. C’est ainsi que le marché de plusieurs régions canadiennes, y compris le Québec ont été secoués par une véritable surévaluation de la valeur des propriétés.

Par conséquent, ce n’est pas un hasard que la proportion de propriété de gamme de prix supérieure est en pleine expansion. Dans le mois de janvier, les propriétés de 700 000 dollars et plus ont représenté 22 % du marché de la région du Québec. La hausse des prix du logement à aussi une incidence majeure sur les jeunes ménages. D’après une étude, 60 % d’entre eux ont déclaré qu’elle avait eu un impact négatif sur leurs intentions d’achat.

ARTICLES LIÉS