Quand déclarer statut LMNP ?

De nos jours, plusieurs en sont des propriétaires de bien immobilier qui choisissent de mettre leur logement en location. Si vous louez un bien meublé à des fins non professionnelles, vous avez sûrement des questions sur déclaration de revenus. Cependant, des procédures administratives interviennent par rapport aux déclarations de vos revenus dans le cadre d’une location LMNP. Quand déclarer statut LMNP ? Vous pouvez lire dans cet article, tout ce qu’il faut savoir sur le statut LMNP.

En quoi consiste le statut LMNP ?

Le statut LMNP se réfère au propriétaire d’un logement non-professionnel qui loue son bien immobilier meublé. Les bailleurs non-professionnels font un investissement dans un appartement afin de le louer à une tierce personne. À cet effet, cette activité génératrice est : considérée comme un complément de revenus qui vient s’ajouter à l’activité principale. L’investissement se fait ainsi, dans le but de préparer la retraite et de s’assurer d’un revenu mensuel à bien.

A lire en complément : Optimisez votre investissement grâce à l’amortissement LMNP

En effet, pour bénéficier du statut de LMNP, cela requiert un minimum de règles. D’abord, le plafond de vos revenus lié à votre logement en location doit se conformer à 23 000 € annuel. Ensuite, 50% maximum du montant des revenus du foyer. Enfin, votre activité de location ne doit pas être enregistrée au registre du commerce.

Quelles sont les modalités du LMNP ?

Les modalités du LMNP peuvent varier d’un moment à un autre. La location LMNP peut s’effectuer si le bailleur et le logement répondent à certaines conditions. Du côté du bailleur, les modalités pourront connaître des changements selon l’augmentation des revenus qu’il gagne sur ces locations. Pour obtenir le statut de loueur de meublé non-professionnel, l’activité doit être : exercée en parallèle de l’activité professionnelle principale.

Lire également : Optimisez votre fiscalité grâce à l'investissement locatif : les clés pour maximiser vos avantages

Ainsi, cela sera : pris comme un apport financier supplémentaire au salaire mensuel. Pour la déclaration fiscale, les revenus du LMNP sont : indiqués comme étant des bénéfices industriels et commerciaux. Ceux-ci sont donc encadrés par le régime BIC. Grâce à celui-ci, le bailleur tirera profit d’un abattement des charges d’environ 50%. Les revenus de la location meublée peuvent également être régis par le régime réel qui pourra tenir compte de l’amortissement du bien.

Pourquoi opter pour le statut LMNP ?

Vous profiterez du statut LMNP si vous vous lancez dans l’investissement locatif afin de vous assurer une retraite sereine. C’est une activité qui se veut être un réel avantage pour votre activité secondaire. Grâce à ce statut, vous pourrez procéder à la constitution d’un véritable patrimoine et percevrez des loyers récurrents.

Avec le LMNP, vous adoucissez la réalisation des différentes démarches liées à la déclaration de vos revenus. De plus, c’est aussi un type de location qui vous permet de rompre la location du bien immobilier à tout moment. Pour certains investisseurs LMNP, il y a de l’intérêt à déclarer au réel. Cela va enfin permettre de bénéficier de l’amortissement du prix d’achat, des frais de notaires.

Quelles sont les conditions pour bénéficier du statut LMNP ?

Pour bénéficier du statut LMNP, il y a certainement des conditions à respecter. Il faut tout d’abord qu’il s’agisse d’un investissement locatif meublé, qui peut être une résidence de service ou un logement étudiant. Dans la majorité des cas, le bailleur doit louer son bien en tant que loueur meublé professionnel (LMP) ou non professionnel (LMNP).

Le LMNP est accessible aux personnes qui n’exercent pas leur activité immobilière à temps plein. Les particuliers ont aussi la possibilité de se lancer dans ce type d’activité complémentaire.

Pour profiter du statut de Loueur Meublé Non Professionnel et ainsi tirer avantage fiscalement de cette situation, vous devez générer :

  • Moins de 23 000 € HT/an annuel en recettes locatives pour votre parc immobilier.
  • Ou un montant inférieur à 50 % de vos revenus globaux annuels nets imposables si vous êtes encore salarié.

C’est donc une condition nécessaire pour atteindre les objectifs que vous avez fixés lors d’un investissement immobilier. Le statut LMNP reste un excellent choix grâce aux nombreux avantages fiscaux dont il dispose. Attention : soyez sûr que cela correspond parfaitement à vos projets et préférences personnels avant toute décision finale !

Comment déclarer son statut LMNP aux impôts ?

Si vous avez opté pour le statut LMNP, vous devez connaître les démarches à suivre pour déclarer ce statut aux impôts. Effectivement, cela permettra d’éviter tout problème avec l’administration fiscale et de bénéficier des avantages fiscaux liés à ce régime.

La première étape consiste en la création d’un compte professionnel, qui sera nécessaire pour gérer votre activité. Il faut ensuite remplir un formulaire P0i auprès du Centre de Formalités des Entreprises (CFE) dont dépend votre bien immobilier. Ce formulaire doit être accompagné d’une déclaration sur l’honneur attestant que votre parc locatif ne dépasse pas les seuils légaux.

En tant que loueur meublé non professionnel, vous devez aussi tenir une comptabilité adaptée à cette activité. Vous pouvez choisir entre la gestion en réel simplifié ou en micro-BIC selon vos préférences et besoins personnels. La méthode du réel simplifié nécessite une tenue rigoureuse de la comptabilité avec notamment la création d’un bilan annuel et un compte de résultat, alors que le micro-BIC permet de bénéficier d’un abattement forfaitaire sur les recettes brutes.

Chaque année, vous devez effectuer une déclaration spécifique afin de régulariser vos revenus fonciers issus du statut LMNP. Cette déclaration doit comporter le chiffre d’affaires réalisé pendant l’année ainsi que toutes vos charges afférentes à cette activité professionnelle : travaux, frais financiers, etc.

Vous devez respecter toutes les étapes afin de déclarer correctement votre statut LMNP aux impôts. N’hésitez pas à vous faire accompagner par un expert-comptable pour effectuer ces formalités et être sûr d’être en conformité avec la législation fiscale actuelle.

ARTICLES LIÉS